Voisins et Ennemis, La Guerre De Sécession Et L’Invention Du Canada

voisins et ennemis

En 1861, le Canada et les États-Unis se toisent depuis plus d’un siècle de part et d’autre de la frontière. Leurs relations sont tendues, émaillées de prises de bec et d’accrochages. Par deux fois déjà, Washington a envahi la colonie britannique, mal protégée par des défenses aléatoires. Et les États-Unis n’ont pas renoncé à s’approprier son territoire… Quand la guerre de Sécession éclate, en avril, la population canadienne se trouve inévitablement entraînée dans le conflit qui déchire son voisin. À travers le destin de six personnages fascinants, Voisins et ennemis. La guerre de Sécession et l’invention du Canada décrit le rôle du Canada dans la guerre de Sécession, mais aussi l’incidence de ce conflit sur son propre devenir : pour survivre, les colonies britanniques devront s’inventer un pays… À Toronto, le procès de John Anderson, esclave fugitif, place la population canadienne face à un dilemme : doit-elle se soumettre aux lois esclavagistes de son puissant voisin ou encourir ses foudres en offrant le refuge aux malheureux qui tentent d’échapper à leurs chaînes ? Secrétaire d’État du président Lincoln, William Seward est un fervent partisan de l’annexion du Canada : en provoquant une guerre avec la Grande-Bretagne, cette invasion ne ramènerait-elle pas les rebelles sudistes dans le giron fédéral ? Sarah Emma Edmonds s’engage dans l’armée de l’Union déguisée en homme : comme elle, 40 000 Canadiens et Canadiennes se battront dans les rangs nordistes ou sudistes; 29 d’entre eux verront leur bravoure récompensée d’une médaille d’honneur. Législateur et propriétaire d’un grand quotidien, George Brown est le premier à discerner la décision qui s’impose au Canada : s’il ne veut pas faire les frais de la guerre de Sécession, il doit très vite devenir indépendant. Dans des hôtels de Montréal ou de Toronto, l’agent confédéré Jacob Thompson et son ” cabinet canadien ” des sudistes multiplient les offensives et les opérations de harcèlement contre les troupes nordistes – et accueillent à bras ouverts John Wilkes Booth, le futur assassin du président Lincoln. Politicien à l’esprit aiguisé, John A. Macdonald hait George Brown de toute son âme… mais se laissera peu à peu gagner par ses convictions. Il faudra cependant toute la finesse politique et la fougue de Macdonald pour soustraire le Canada à l’emprise de son maître colonial, de plus en plus indifférent à son sort, mais aussi pour le sauver des griffes de la superpuissance qui vient d’émerger de la guerre de Sécession, assoiffée de vengeance et de conquêtes. Dans cette inestimable contribution à notre connaissance de l’histoire des États-Unis, John Boyko éclaire d’un jour nouveau la guerre de Sécession et la naissance de la Confédération, une époque particulièrement mouvementée qui passionne les historiens et le grand public depuis un siècle et.

Available at Amazon: http://www.amazon.ca/Voisins-ennemis-John-Boyko/dp/276372034X

Please leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s